La compétence somatique : une ressource pour le changement

14 juin 2013

Hélène Morais PCC

Depuis ma formation en coaching intégral™ et de façon plus intensive au cours de cette dernière année, j’intègre la dimension somatique du développement humain dans mes partenariats de coaching avec des dirigeants, gestionnaires ou équipes de direction.

Ce article a pour objectif de partager certaines connaissances et expériences relatives à la compétence somatique comme ressource pour le changement en coaching et d’alimenter nos échanges sur cette question. Il comprend trois parties : pourquoi faire appel à la compétence somatique en coaching, comment le faire et quelques exemples d’application.

1.Pourquoi faire appel à la compétence somatique en coaching?
Le corps, la pensée, les émotions forment un tout et sont en interactions constantes. Le choix d’intégrer la compétence somatique en coaching s’appuie sur un certain nombre de fondements ou de faits à propos de ces interactions, qui tout en étant connus depuis longtemps, font désormais l’objet d’une attention particulière en tant que potentiel pour le changement humain. Voici quelques-uns de ces fondements.

Notre corps est énergie et mouvement. Les événements stimulent en nous le flow d’énergie, lequel est déchargé dans notre environnement sous forme de comportements plus ou moins passifs ou actifs. Quand nous respirons, que notre cœur bat, que des ondes sont émises dans notre cerveau, nous sommes bien vivants. Quand le mouvement de notre corps ralentit ou quand il est trop stimulé, en déséquilibre ou en mauvaise santé, c’est tout notre être qui est affecté. (Caldwell, 1996)

Notre corps est l’expression de qui nous sommes. Notre corps évoque notre histoire, notre identité, notre vulnérabilité, notre perspective, notre force morale et émotive, notre attitude du moment. Notre corps révèle aussi notre manière de construire des relations et de nous engager dans l’action. (Strozzi Heckler, 2007)

Notre corps réagit lors de nos interactions avec les autres. Les nombreuses réactions qui se manifestent dans notre corps entre le moment où nous sommes seuls et le moment où nous interagissons avec les autres, nous révèlent. Elles sont influencées par nos croyances, nos pensées et nos émotions et sont l’expression d’habitudes qui peuvent être plus ou moins génératrices d’énergie créatrice. ( Martin et Field,2007)

Notre corps est une ressource pour le changement. Les sensations physiques , la respiration, la posture, la circulation de l’énergie et le mouvement sont autant de formes de langage du corps et de la personne entière. Lorsque nous nous donnons la peine d’ écouter ce langage, nous nous donnons accès à un éclairage nouveau pour comprendre, pour nous libérer de vieilles habitudes ou d’émotions négatives, pour introduire de nouvelles manières de répondre, de ressentir, d’être et d’agir . Plus nous nous donnons accès à cet éclairage plus nous offrons un espace de présence, de compassion, de respect mutuel et de créativité dans nos rapports interpersonnels.( Seigel,2011, Hanson, 2009, Field, 2012).

2. Comment intégrer la compétence somatique dans la relation de coaching
En plus de proposer au client d’adopter des pratiques somatiques en lien avec les objectifs d’un programme de coaching, nous pouvons faire appel à la compétence somatique durant les conversations de coaching en utilisant des modes d’intervention spécifiques et différents selon l’enjeu.

Voici en synthèse comment cela peut se passer lors d’une conversation de coaching où nous choissisons de travailler avec la compétence somatique. Nous clarifions un enjeu important pour le client. Cela peut être une décision à prendre, une croyance ou une émotion limitative ou encore l’acquisition d’une nouvelle compétence . Nous l’invitons à focaliser sur ce qui se manifeste dans son corps quand il est connecté avec cette idée et à décrire aussi bien la sensation que la qualité de son expérience. Offrant un espace de respect, d’acceptation et de réassurance, nous encourageons le client à approfondir son expérience et à exprimer les pensées , les émotions et les sensations entremêlées qui se présentent. Le client accueille ces découvertes en pleine conscience, ce qui facilite l’émergence et l’intégration de possibilités nouvelles plus stimulantes . (Field, 2012)

La pleine conscience est le processus de base qui permet cette intégration de l’ensemble des dimensions de l’être . Nous nous centrons sur la compétence somatique pour mieux connecter en pleine conscience avec les sentiments , les pensées, les souvenirs, les intentions, les perspectives- tous ces aspects de l’expérience humaine. ( Field, 2012)

Nous pouvons concevoir quatre grandes phases du processus de changement dans un programme de coaching basé sur la pleine conscience : l’observation, l’ouverture à de nouvelles possibilités, l’expérimentation et l’intégration . Si ces phases sont celles d’un programme de coaching sur quelques mois, elles peuvent aussi se vivre à l’intérieur d’une session de coaching. Nous pouvons faire appel à la compétence somatique comme porte d’entrée et comme ressource pour l’observation, l’ouverture aux possibilités, l’expérimentation et l’intégration.

3. Quelques applications du coaching centré sur la compétence somatique.
Au cours de la dernière année, j’ai eu la chance d’approfondir cette approche et d’expérimenter ses bienfaits avec la collaboration et l’ouverture de mes clients . Voici trois exemples :

Un dirigeant d’organisme devait composer avec un sentiment constant de doute qui limitait sa créativité, son efficacité, sa santé et son bien-être. Au cours d’une session de coaching, nous avons exploré ses peurs avec bienveillance à travers la réflexion et le mouvement . Ce processus lui a permis de prendre conscience de ce qui se passait en lui, d’apprécier le rôle joué par ses peurs au fil des ans et d’envisager et de choisir d’autres possibilités plus créatrices et plus satisfaisantes.

Une gestionnaire terminait un mandat passionnant dans lequel elle s’était engagée pleinement depuis quatre ans. Elle n’arrivait pas à choisir parmi différents défis professionnels futurs. Des sessions de coaching centrées sur le compétence somatique et la pleine conscience l’ont aidée à reconnaitre plus clairement ses réalisations, ses motivations et ses valeurs essentielles, de se détacher de son expérience passée et de choisir un virage adapté à ses aspirations profondes.

Une équipe de direction, qui avait besoin d’accroître sa résilience, a appris en coaching à intégrer à ses rencontres une pratique somatique suivi d’un échange sur ce qui se passe ou sur ce qui veut émerger . Offrant à l’équipe une occasion pour ralentir, un moment d’attention et de partage, cette pratique de pleine conscience associée à d’autres, l’a aidée à renforcer ses capacités de communication et sa confiance et à mieux focaliser son énergie.

Conclusion

Nous sommes généralement moins attentifs au langage du corps qu’au langage verbal, émotif ou intellectuel. Pourtant le corps offre une information et une énergie puissantes par une observation attentive, patiente, sans jugement, accompagnée de curiosité, de respect et de compassion. En intégrant davantage la compétence somatique dans notre pratique de coaching, nous offrons à nos clients une ouverture sur des sentiers plus créatifs, une libération plus rapide des «patterns» moins satisfaisants et un mouvement plus efficace vers l’atteinte de leurs objectifs.

Caldwell,Christine, Getting our Bodies Back,.Recovery, Healing and Transformation through Body Centered Psychotherapy, 1996

Field, Marlena,Using the Body as a Resource for Change , Complete Training Manual ,2012

Martin, Donna et Marlena Field, Simply Being, a reflective practice guide for helping professionals, 2007

Hanson, Rick, The practical neuroscience of Buddha’s Brain,Hanson, 2009

Daniel J Seigel, Mindsight, the new science of personal transformation, Bantam Books, 2011

Strozzi Heckler, Richard, The Leadership Dojo , Build your Foundation as an Exemplary Leader, Frog,